Être entrepreneure et instruire ses enfants en famille

Être entrepreneure et instruire ses enfants en famille

Tout d’abord, est-ce compatible ? La réponse est un grand OUI !
S’il y a bien une activité qui s’accorde à ce mode d’instruction c’est bien celle-là.

Être à son compte, choisir ses horaires, est un atout indéniable.
Il est possible d’être là lorsque les enfants ont besoin, de travailler lorsque l’on est moins nécessaire.
Je l’expérimente avec mes enfants qui ont à ce jour 4 ans, 8 ans et 12 ans.

Concrètement, comment cela se passe lorsqu’on veut instruire ses enfants en famille et travailler de chez soi en étant entrepreneure ?

Et bien, pour le coté entrepreneure, je travaille dès que c’est possible.
Dès que je vois que j’ai 30 min devant moi, j’attrape l’ordinateur, et je fais quelques trucs. Je sais très bien que je vais être dérangée plusieurs fois, je choisi ce que je fais en conséquence :

  • créer un visuel (avec Canva), et le décliner tout de suite en post instagram/épingle pinterest/image pour le blog
  • programmer mes épingles pour Pinterest, et faire du ré-épinglage (j’utilise Tailwind pour le faire en avance)
  • créer un tunnel de vente ou une campagne email associée.

J’essaye de me prévoir 2 matinées par semaine, où je m’installe au bureau, casque sur les oreilles, avec environ 3h devant moi. Si problème, c’est mon conjoint qui s’en occupe et se lève (il travaille à 80% domicile, mais n’est pas très disponible)

Je peux ces jours-là faire des choses plus longues :

  • écrire des articles
  • réfléchir aux prochains posts Instagram
  • écouter un bout de formation +  mettre en application de suite (sinon ça sert à rien)

J’ai aussi une après-midi par semaine chez des amis : les enfants jouent et ont leur cours d’anglais, les parents bossent (c’est rigolo de voir les ordis alignés).

Travailler en groupe, c’est aussi un moment sympa et où on se motive les uns les autres entre entrepreneurs

Et ensuite, j’utilise tous les petits moments disponibles ( avec le téléphone ) :

  • dans la voiture quand je ne conduis pas,
  • quand je mange et que tout le monde a déjà quitté la table,
  • pendant mon petit dej,
  • quand on est chez des amis et que je suis la seule dehors à regarder la petite dernière faire du trampoline, où elle ne veut pas rester seule,
  • quand je reste avec ma fille au lit jusqu’à ce qu’elle s’endorme.

Dans ces cas-là, je m’occupe des réseaux sociaux. Je laisse des messages sur les comptes abonnés, je cherche de nouveaux comptes qui pourraient aimer ce que je fais, je commente, je m’abonne si vraiment j’aime ect Je réponds aux MP et mails, je fais des stories.  Je créé du lien donc

Et depuis récemment, je m’arrange pour préparer le repas du soir en avance, pour pouvoir travailler systématiquement 1h (de 18h à 19h), lorsque les enfants ont leur temps d’écran.
Je trouve hyper important (et surtout quand on débute), de réussir à se trouver, ne serait-ce que quelques minutes par jour, pour revoir ce qui a été fait la veille. Parce que lorsqu’on commence à apprendre de nouvelles choses, avec de nouveaux outils, laisser passer 3 jours sans s’y mettre, et c’est la panique. On ne se souvient plus de rien, on se sent nulle …
Une alternative à ça, c’est de tout noter, tout ce que l’on fait, on le note, et c’est plus facile.

Ce n’est pas énorme, mais mis bout à bout, tous les jours de la semaine, cela représente une vingtaine d’heures.

Bon, et là, tu vas me dire, et l’instruction des enfants dans tout ça ?

Et bien, ils sont la plupart du temps en train de faire ce qu’ils ont envie. Alors attention, je ne dis pas qu’ils sont lâchés dans la nature et sans surveillance. Je suis la plupart du temps dans la même pièce, ou dans la pièce d’à côté, et sollicitée très régulièrement.
Mais ils sont relativement autonomes et libres de jouer à ce qui leur fait plaisir (en ce moment, ce sont les Pat Patrouille et les poupées qui plaisent à mes 4 et 8 ans). La grande aime bien faire des travaux manuels et des arts créatifs tranquille.
Je les retrouve des fois à faire des parcours de motricité (pour elles, ou pour le chien), à faire des gâteaux, des coloriages, de la pâte à modeler ou des chorégraphies de danse. Bon, la contrepartie, c’est l’état de la maison après. Il y a forcément un temps de rangement/nettoyage non négligeable.

Je vous invite si vous le souhaitez à lire des ouvrages sur le unschooling (je vous mets une liste de livres en commentaires).

Nous voyons également des groupes d’amis, et d’enfants non-scolarisés environ 2 ou 3 après-midi par semaine. C’est un des points essentiels je pense pour que les enfants puissent se sentir bien en autonomie à la maison : ils savent que l’après-midi sera très actifs avec les copains-copines, et ça leur permet de patienter et de s’occuper. Et je sais que moi aussi, je pourrais papoter avec les copines, et aussi les copines-entrepreneures (et, de pouvoir faire des fois des choses urgentes depuis le téléphone)

Je suis consciente, que ce n’est pas du tout la même chose avec un ou deux tout petits entre 1 et 4 ans, où ils demandent encore beaucoup d’attentions, de tous les instants. Là, la dynamique sera différente : travailler quand ils dorment sera surement plus judicieux.

Les solutions existent, et l’essentiel et de savoir que tout va évoluer, et aller mieux avec le temps. Autant l’autonomie de l’enfant, que votre capacité à travailler à tout moment et de n’importe où, car ça aussi, ça se travaille.

 

 

Tu as envie de créer toi aussi ton business de chez toi ? Je te propose 7 jours pour créer ton business de chez toi !